La place 132..

Publié le par B.O.C.C

Et non chers amis lecteurs, ce n'est pas le titre d'une mauvaise histoire d'horreur mais bien le récit d'une soirée passée au mythique stade Ernest Wallon.
Hier se jouait la rencontre Stade Toulousain - Castres Olympique comptant pour la 6è journée du TOP14. A 21h.
Dams avait fait un achat groupé ( il s'est bien mis 3€ ds la poche le ptit enfoiré en prétextant un guichetier foireux :D).
Bon, entame de match de merde pr les toulousains. Le 15 castrais (ouais vous pouvez le lire à la sudiste) + une défense du CO de feu + un Toulouse palot = 20 - 13 à la mi temps pour le CO. Obélix est content. Nous on a bien vu les castrais aplatir le cuir 2 fois ds notre embut...
Petite binouze pour se remettre de ca (Dams a le sourire jusqu'aux oreilles à ce moment). C'est là que tout s'enchaine et  bascule à la place 132, porte 19, rang 7. Cette place il faut le dire est considérée comme hantée, elle porte la poisse, personne n'ose s'y asseoir et prendre le risque d'être damné pendant une vie entière. Tout le monde, sauf un petit dijonnais irréductible (fort beau gosse,musclé,bronzé,frisé,brossé, pas peigné mais cela est hors propos ds cette histoire) qui ignorant tout de la croyance populaire accepte de céder sa superbe place 134 contre la 132 à l'ami (vil mais celà est encore hors propos) Getdown. Et la pluie de désastre s'abat sur lui. C'est d'abord un fan extraverti prêt à se lever, jubiler sur le moindre ballon un tant soi peu remporté, avancé, déplacé par le stade. Il rit, il essaie de faire scander le public, son fils se moque de lui. Oui mais il est content, lui le moustachu, ce match lui plait et il le fait savoir, quitte à priver de la vue son voisin moutardier de derrière. Bounty, l'ami du prolo en fera son ami, lui tapotera mm sur l'épaule (c'en est de trop - bounty aime le peuple mais lui aussi aime voir le match). Et le moustachu, accompagné de son ami barbu fume. Il fume à n'en plus pouvoir. Il s'en fiche, la fumée s'élève dans le ciel et retombe lourde, plein de particules sales et nauséabondes, sur son voisin de derrière. C'est un filtre. Le jeune cote d'orien agit comme un filtre pour le stade entier. Il aspire la moindre éfluve de cigarette et en expire un air pur, pour le spectateur saisi par le grandiose de ces gladiateurs de l'ovalie. Et puis là, une pluie de bière s'abat encore sur lui, lui le jeune placé en 132. Elle lui coule le long de la jambe. Elle s'infiltre partout sous ses pieds, elle noie sa valise à pintes Heineken...
Heureusement le spectacle est plaisant. Vincent Clerc, tel le héros sauveur d'une fratrie entière ds une bataille inscrit 3 essais et permet au stade de remporter le match. 44-23, le point de bonus offensif est gagné, Obelix mange sa moustache et se fait victime des calembours facile "Il est ou Idéfix!?"
Une bonne soirée, une mauvaise place. C'est le mythe de 132 qui sévit encore...

Et.

Commenter cet article

bounty 08/01/2008 14:23

Grace à Tutu l'air était pur en place 133, merci à toi Turlu mes poumons t'en sont reconnaissants.

Rom 08/01/2008 07:41

Achat groupé ? Ah bon ?

ijahman 08/01/2008 01:22

"Mais pourquoi c'est toujours mes affaires (mes cheveux en l'occurence) qui prennent ?????? "